La forêt comestible

Taille des arbres

27/03/2020

Un des atouts de la forêt comestible est de minimiser le travail requis et d’avoir quand même un maximum de légumes et de fruits. Alors pourquoi un article sur la taille des arbres ? Faut-il tailler les arbres dans une forêt comestible ?

Dans notre cas, certains arbres ont déjà un certain âge et la quantité de fruits qu’ils portent chaque année est vraiment faible à mon goût. Avec l’âge, les arbres ont tendance à porter beaucoup de branches et celles-ci se font donc de l’ombre mutuellement, ce qui ne favorise pas la production de fruits nombreux et savoureux !

On a donc décidé de tailler nos arbres pour leur redonner un coup de jeune. La mise en place d’une forêt ne se fait pas en si peu de temps : il faut bien avouer que pour le moment, elle ressemble encore beaucoup à un verger classique ! Cette taille est donc ponctuelle. Plus tard, une fois la forêt établie, il n’y aura plus de taille : la nature reprendra ses droits.

Alors comment se taille un arbre ? Après lecture de plusieurs articles et livres sur le sujet, on constate que la théorie est belle mais qu’en pratique, c’est toujours plus compliqué ! Pour résumer :

Sur le terrain, on supprime les branches qui semblent mortes, celles qui reviennent vers le centre puis on élague les branches qui semblent trop proches, tout en gardant en tête qu’il faut maintenir un certain équilibre. Et je dois avouer qu’on a parfois l’impression de faire un peu au pif !

Pour réajuster les angles entre les branches principales et la flèche, on peut mettre un poids ou tirer une corde pour "rabaisser" une branche. C’est cette seconde solution que nous avons choisie. Et voilà le résultat pour notre cerisier aigre par exemple :

Avant/Après du cerisier

Bien rafraîchi n’est-ce pas ?

Le paillage

22/03/2020

Pour favoriser la pousse des arbres et arbustes plantés, il est conseillé de les pailler. Qu’est-ce que cela signifie ?

Pailler un sol consiste à le recouvrir de matériaux minéraux, organiques ou artificiels. Cela apporte de nombreux avantages : un paillage va permettre de…

Un bon paillage organique (c’est-à-dire végétal) peut avoir d’autres avantages supplémentaires :

Je n’en ai parlé dans aucun article, petit oubli de ma part, mais j’avais paillé en janvier l’ensemble des plants avec du carton (après avoir retiré les scotchs, colles et encres), en le maintenant avec des pierres. C’est un paillis que certains utilisent, qui est gratuit et qui se décompose naturellement. Il faut alors le renouveler.

Dans mon cas, peut-être parce que mon carton n’était pas assez épais, peut-être aussi parce que mon terrain est très exposé aux vents, il s’est décomposé et s’est envolé en très peu de temps…

Carton en guise de paillis, à moitié décomposé

J’ai donc opté pour un autre matériau, artificiel cette fois-ci : de la bâche plastique. Il y a des moments où il est nécessaire de faire des compromis. Ce n’est peut-être pas naturel, mais c’est bien trop onéreux d’acheter de l’écorce de pin ou des paillettes de lin pour autant de plants… Alors tant pis.

Bâche comme paillis

Pas très joli, mais ça devrait faire l’affaire, c’est pas trop cher, et ça tient dans le temps. Cette même bâche pourra être déplacée et me permettra aussi de préparer les sols (en tuant les herbes non désirées) pour les plants plus petits de la strate des couvre-sols (fraisiers, menthes, etc).

Remarque : non convaincu par la bâche, je l’ai finalement retirée en novembre pour la remplacer par du foin. Plus d’infos dans mon bilan de la première année.

Aulnes et myriques : la stratification

25/01/2020

Dans un précédent article, je disais que je ne trouvais nulle part certains arbres et arbustes et notamment les aulnes verts et les myriques cerifera, jusqu’au jour où je les ai dénichés… en graines.

J’ai commandé ces dites graines en même temps que les engrais verts dont je parle dans l’article dédié et j’ai reçu l’ensemble le 10 janvier.

Pour germer, ces graines nécessitent une stratification. Mais qu’est-ce donc ? Pour bien comprendre, réfléchissons.

Dans la nature, lorsqu’une graine tombe au sol, sous quelle condition va-t-elle germer ? Tout jardinier qui a déjà semé des graines sait qu’il est nécessaire de respecter certaines conditions de température et d’humidité pour augmenter les chances qu’une graine germe. Mais est-ce suffisant ?

En général, les graines de la plupart des végétaux sortent de terre au printemps. Pourtant, les graines sont en général produites par la plante en été et l’automne peut ressembler, en terme de température et d’humidité, au printemps. Or, si ces graines germaient en automne, le plant devrait à seulement quelques semaines d’âge traverser l’hiver et ses conditions bien rudes : froid, gel, neige. Il n’aurait que très peu de chance de survivre. D’autant plus qu’en forêt sauvage, un jeune plant bien vert et très tendre en fin d’automne ou début d’hiver se ferait rapidement grignotté par un lapin ou brouté par un chevreuil passant par là : la verdure devient rare à cette époque de l’année.

Mais puisque la nature est bien faite, certains végétaux ont trouvé une parade : attendre que l’hiver passe et ne pousser qu’au printemps. Leurs graines ne pourront germer qu’après une période de froid. Les plants n’auront donc plus à craindre les grands froids, et auront moins de chance d’être mangées dans la mesure où la végétation est beaucoup plus abondante au printemps.

Les aulnes verts et les myriques à cire ont besoin d’une telle période de froid. C’est ce qu’on appelle la stratification (froide).

L’aulne vert a besoin de 8 semaines de froid et le myrique entre 8 et 12 semaines. Pour simuler l’hiver et rendre possible la germination, on peut simplement mélanger les graines dans du sable légèrement humide et placer le tout au frigo. Après la période de stratification, il suffira de les sortir du frigo et de les placer dans des pots pour que, dans de bonnes conditions d’humidité et de température, la graine donne naissance à un arbre.

J’ai donc placé ces graines dans des sacs congélation remplis de sable humide.

Stratification des graines d’aulne et de myrique

Dans 2-3 mois, elles seront prêtes à être semées ! La suite au prochain épisode.